Paris (du 9 au 16 février 2007)      Quelle est la météo à Paris aujourd'hui ?

Cliquez sur le bouton pour la 1ere page sur ParisParis du 2 au 8 fév. Cliquez sur le bouton pour la 2e page sur Paris Paris du 9 au 16 fév.

Vendredi 9 février, comme depuis notre arrivée à Paris, nous commençons notre routine quotidienne avec les travaux scolaires des enfants.  Comme prévu, nous constatons qu'avec un ratio d'un prof par élève, les apprentissages se font plus rapidement qu'en classe régulière et c'est tant mieux.  Et ce qu'il y a d'amusant pour nous, c'est que nous avons des sorties pédagogiques tous les jours en après-midi.  Au menu cet après-midi, la maison Cluny (musée du Moyen-Âge) pour le cours d'histoire et le Quai d'Orsay et les impressionnistes pour le cours d'Arts.  Nous prenons le métro jusqu'à la Sorbonne pour nous y rendre, mais nous marchons le long de la Seine pour revenir, ce qui nous prend plus d'une heure trente et constituera le volet "éducation physique" de la journée (nos petits pieds sont bien endoloris à notre arrivée) et nous avons une faim de loup.  Nous préparons un couscous maison.

Moments magiques de la journée :  Un concert d'une heure du groupe médiéval Ultréia à la maison Cluny et les impressionistes...

Ci-contre, photo de la statue de Montaigne aux abords de la maison Cluny (musée du Moyen-Âge).

 

 

 

Un concert magnifique en galicien (Ultréia)

 

Tombeaux de preux chevaliers

                         Fresques du Moyen-Âge

 

L'église d'Auvert

Vincent van Gogh

1890

Le bassin aux nymphéas (Claude Monet) 1899

  La sieste (Vincent van Gogh) 1890

Musée d'Orsay, une ancienne gare

Femmes de Tahiti (Paul Gauguin) 1891

 

 

Cirque

(Georges Seurat)

1891

 

Petit clip pour entendre et voir "Ultréia"

2e petit clip de "Ultréia", vous devez autoriser les "Pop-up" de cette page pour le faire jouer et posséder Windows Media Player

Samedi 10 et dimanche 11 février.  Nous marchons jusqu'aux Invalides où se trouve le tombeau de Napoléon.  Les enfants ont beaucoup appris sur celui qui fit un coup d'état à l'Assemblée Nationale (1ere République) avant de devenir premier consul et éventuellement "Empereur".  Il aurait eu le mérite de remettre de l'ordre après la révolution et la fin de la monarchie en instituant la Banque de France (l'économie retrouvera son souffle) et le Code Napoléon, une série de 2000 textes de loi qui aidera à régler une foule de conflits (des droits de la propriété jusqu'aux problèmes matrimoniaux).  Les enfants n'en revenaient pas qu'une partie de ce code soit encore en vigueur au Québec aujourd'hui (Code civil), mais pas dans le reste du Canada où règne la "common law".  Napoléon n'a malheurement pas fait que de bonnes choses, ses ambitions personnelles et son attitude de despote l'ont amené à voir grand, trop grand peut-être et le Maréchal duc de Wellington lui en passa un papier à Waterloo en 1815.

Le lendemain, nous allons au Petit Palais voir l'exposition permanente qui est très variée (de l'Antiquité à Louis XV).  Nous avons ensuite fait un deuxième musée, le Palais de la découverte que les enfants ont adoré.  Il s'agit d'un musée à l'arrière du Grand Palais (dans le même bâtiment) où les expositions sont super interactives et axées sur l'apprentissage sur une foule de sujets.  Nous avons même assisté à une démonstration de chimie sur l'Aspirine et le PH que Roxanne a pu bien suivre et comprendre.  Nous avons aussi découvert des phénomènes de physique, notamment sur la gravité, la friction et les effets de levier.  Superbe exposition aussi sur l'astronomie où nous vu les subtilités des calendriers Julien et Grégorien et compris que la Terre met en réalité 365 jours et un quart pour faire une rotation complète autour du Soleil.  Nous rattrapons ce "quart" de journée supplémentaire à tous les quatre ans en ajoutant le 29 février, année de 366 jours (ou bi sextile qui signifie deux "6").  Journée bien remplie pour le ciboulot.

Sur un canon de Napoléon

Les Invalides, où repose Napoléon

 

 

 

Devinez qui ?

Roxanne au milieu d'une expérience

Louis dans la pièce croche (expo sur illusions)

 Torture visuelle lorsque nous marchons

Du lundi 12 au 14 février, nous allons au Grand Palais voir l'exposition temporaire "Les trésors engloutis d'Égypte".  On y a appris que les cités d'Hérakion et de Canopus  furent englouties possiblement à la suite d'un effet combiné de tremblements de terre, de glissements de terrain et d'élévation du niveau de la mer.  Les vestiges de ces cités furent récemment découverts par hasard par des plongeurs français qui, à l'origine, cherchaient un galion de Napoléon sombré dans le secteur.  La nationalité des découvreurs a permis à Paris d'être l'hôte de cette exposition temporaire, avant que tous les trésors extirpés du fond de l'océan ne regagnent définitivement leur pays d'origine, l'Égypte.  L'exposition illustre bien l'aventure sous-marine et l'excitation des plongeurs, archéologues et scientifiques.  Quelle découverte et quel défi que de remonter à la surface et restaurer des pièces qui ont été la "maison" des créatures marines depuis si longtemps.  Certaines pièces sont impressionnantes, d'autres ont clairement subi l'érosion de la mer.  Une belle exposition sur ces "Atlantides" de l'Égypte.

Nous allons aussi voir le musée du Louvre une journée complète (pour combler une première vraie journée de pluie).  À notre arrivée, il y a... grève !  Sauf, que nous sommes chanceux, les "grévistes" travaillent toujours, mais laissent les visiteurs entrer gratuitement.  Nous faisons preuve de solidarité en entrant sans payer... Un moyen de pression qui nous aura économisé 25$. Après les incontournables peintures italiennes du XIII au XVIIe siècle et La Joconde (on voit davantage le reflet des touristes sur le verre protecteur que le chef d'oeuvre lui-même), nous arpentons de multiples galeries.  Galerie Louis XV, Vénus de Milo, céramiques grecques, circuit chronologique de l'Égypte pharaonique, appartements Napoléon III, peintures allemandes, flamandes et hollandaises du XVIe et XVIIe siècle et sculptures françaises.  Après cette boulimie louvrienne, nous avons les pieds en compote, mais sommes émerveillés par tous ce que nous venons de voir.  Quel musée incroyable !  Chaque toile a sa propre histoire (carton explicatif) et on pourrait facilement passer des semaines à contempler les milliers de chef d'oeuvre qu'abrite le Louvre.

Le 13 au soir, nous avons des invités à l'appart.  Thu Hoa et Cécile, (amie de Québec et sa copine parisienne) viennent souper avec nous.  Bonne bouffe, bon vin, bonne compagnie, une super soirée.  Il fait bon de voir des amis pendant notre aventure européenne.

À la Saint-Valentin, nous passons sur du côté de la rive droite.  Nous voyons la place Vendôme et la Madeleine.  Place Vendôme, là où le monument central a été fait avec le bronze des canons de Napoléon, nous faisons du lèche vitrines chez les échoppes de la démesure.  Les fameuses "marques" pour les riches s'y côtoient.  Nous avons vu une belle bague sertie d'un diamant rose gros comme un bouchon de liège qui se détaille à 1,9 million d'Euros, 3 millions de dollars.  Ma carte de crédit a été refusée, je ne comprends toujours pas pourquoi... Plus loin, les gâteaux en forme de coeur chez Fauchon sont très jolis et probablement bons, mais à 15$ la bouchée et quatre bouches gourmandes, on fait une fondue au chocolat à la maison à la place (délicieuse, rien à envier à Fauchon). 

Demain, le 15, nous préparerons nos valises et ferons le ménage de notre appartement.  Nous irons probablement gravir la Tour Eiffel qui n'est pas très loin de chez nous comme dernière activité parisienne.  Nous partons pour Rome le 16 et cette journée sera essentiellement une journée consacrée au déplacement, car nous partons tôt le matin et n'arriverons à Rome qu'en après-midi, car nous faisons escale à Frankfort vers l'heure du dîner.

Ce paragraphe met donc un terme aux explications de nos deux premières semaines à Paris.  La suite est à venir, en direct de Rome, où nous avons eu beaucoup de mal à trouver un endroit où crécher à prix raisonnable.  Nous serons finalement à l'hôtel dans une chambre pour notre semaine sans voiture à Rome.  À suivre dans la section Rome de notre itinéraire.

 

Petites "garnottes" roses Place Vendôme.

 

Souper super sympa avec Thu Hoa et Cécile

 

Le Louvre

 

La Madeleine

 

Roxanne dans les galeries du Louvre

Saint-Valentin chez Fauchon

 

 

Place Vendôme

Stèle de la dame Tapéret qui prie le dieu soleil Ré qui darde sur elle ses rayons en forme de fleurs.  Xe siècle avant J-C (Louvre)

Hendrick II van Steenwik - Intérieur d'église - (1610)